• Register

La pollution de l'air à Dakar

L’absence de données relatives au suivi de la pollution atmosphérique et la faible prise en compte de la qualité de l’air dans les secteurs des transports et de l’industrie ont amené le Gouvernement du Sénégal à mettre en place un laboratoire de suivi des émissions atmosphériques.

Certaines zones de la région de Dakar sont confrontées à des niveaux de pollution au-delà des limites définies par la norme NS-05-062.  Les polluants concernés sont particulièrement les particules (PM10 et PM2,5).

Les mesures obtenues par le laboratoire sont traitées pour informer de manière continue les populations sur les niveaux de pollution. Elles permettent aussi de fournir à l’Etat des rapports pour les stratégies d’abattement.  

Les résultats peuvent servir à établir une corrélation avec les données épidémiologiques, en l’occurrence pour les maladies respiratoires et cardio-vasculaires.

 

 

IQA du 17 janvier 2018

 
Après seulement quelques jours d'amélioration, la qualité de l'air est à nouveau dégradée en raison  d'une hausse des concentrations de particules en suspension (PM10 et PM2,5). La poussière désertique et la densification du trafic automobile constituent les principaux facteurs à l'origine de cette pollution aux particules. Cet épisode de pollution pourrait se poursuivre jusqu'en fin de semaine. Chez les personnes sensibles, l'exposition à ces fortes concentrations persistantes de particules dans l’air est un risque réel et peut déclencher des crises d’asthmes et des allergies respiratoires.
Les jeunes enfants, les personnes âgées et celles souffrant de maladies respiratoires devraient  éviter de s'exposer longuement à l'air extérieur pendant la période.

Partenaires du CGQA