Qu'est ce que l'IQA ?

L’indice de qualité de l’air (IQA) indique l’état journalier de la qualité de l’air. Il renseigne sur le niveau de pollution de l’air et les impacts sanitaires qui peuvent en découler après quelques minutes ou des jours après l’exposition à la pollution atmosphérique.

Parmi les utilisateurs de ce système, l’Agence Américaine de Protection de l’Environnement (USEPA) a développé un IQA pour cinq principaux polluants réglementés par la loi sur la qualité de l’air (l’ozone de surface, les particules de poussières, le monoxyde de carbone, le dioxyde de soufre et le dioxide d’azote). Pour chaque polluant, l'USEPA a déterminé des standards pour protéger contre les effets sanitaires.

 

Comment fonctionne l'IQA ?

Vous pouvez imaginer l’IQA comme une règle mesurant entre 0 et 500. Plus la valeur de l’IQA est élevée, plus le niveau de pollution de l’air est grand et plus l’impact sanitaire négatif est important.

Par exemple, une valeur de IQA de 50 représente une bonne qualité de l’air et un faible potentiel d’impact négatif sur la santé, alors qu’une valeur de IQA de 300 représente un air de qualité « dangereuse ».

La valeur de 100 correspond globalement au standard pour un polluant en-dessous duquel la santé des populations est préservée. Ainsi, des valeurs inférieures à 100 sont satisfaisantes. Quand les valeurs sont supérieures à 100, la qualité de l’air affecte d’abord la santé des populations sensibles, puis celle de tout le monde quand l’IQA devient plus élevé.
 
Au Sénégal, le Centre de Gestion de la Qualité de l’Air a adopté quatre classes de IQA et chaque classe correspond à un niveau d’impact sanitaire selon le groupe de population.

Comment l'IQA est il calculé ?

L’indice pour un polluant donné correspond à sa concentration exprimée en pourcentage de sa valeur limite.
 
IQA = (Concentration du Polluant / valeur limite du Polluant)*100

Les valeurs limites d’immissions de polluants ont été établies par l’Association Sénégalaise de Normalisation.

Pour évaluer la qualité de l'air globale pour une station de surveillance particulière, un indice est calculé pour chaque polluant mesuré et le maximum est considéré comme l'indice de qualité de l'air pour cette station de surveillance, car il représente le plus mauvais des polluants mesurés.

Que signifient les classes de l'IQA ?

Bon : l’IQA est satisfaisant et la pollution de l’air pose très peu ou pas de risque sanitaire.
 
Moyen : l’IQA est acceptable. Toutefois, pour certains polluants, il peut y avoir de légers risques sanitaires pour un nombre limité de personnes. Par exemple, les personnes qui ne sont pas d’habitude sensibles à l’ozone pourraient manifester quelques symptômes.
 
Mauvais : Certains groupes de personnes sont particulièrement sensibles aux effets nocifs de certains polluants. Ceci signifie qu'ils sont susceptibles d'être affectés pour les plus basses valeurs que le grand public. C'est le cas pour les enfants et les adultes en activité à l’extérieur. Les personnes atteintes de maladies respiratoires sont soumises à un risque élevé en cas d’exposition à l’ozone, alors que les gens atteints de maladies cardiaques le sont en cas d’exposition au monoxyde de carbone. Avec des valeurs d'IQA entre 150 et 200, tout le monde peut commencer à sentir des effets sanitaires qui sont plus sérieux chez les gens des groupes sensibles.
 
Très Mauvais : Des valeurs d’IQA supérieures à 200 déclenchent une alerte sanitaire, car chacun peut ressentir de sérieux effets sur la santé. Avec des valeurs d'IQA supérieures à 300, toute la population est affectée. L’alerte générale doit être déclenchée et des mesures d’urgence doivent être prises.